Un nouveau rapport au Bénin met en évidence les voies possibles pour un futur résilient aux changements climatiques


Blog

Les projets de la composante de Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) du Fonds Acteurs Non Etatiques (ANE) du programme OmiDelta financé par l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas et géré par la SNV contribuent activement à l’adaptation des populations aux changements climatiques.

Quel rôle la SNV a-t-elle joué dans l’adaptation des populations aux changements climatiques ?

Dans le cadre de la mise en œuvre de la composante GIRE du Fonds ANE, la SNV dans son rôle de gestionnaire du Fonds, a défini deux axes prioritaires que sont : l’Amélioration des capacités de résilience et d’adaptation des populations, et la Valorisation économique des ressources en eau dans un contexte de changements climatiques. Ensuite, lors du processus de sélection des propositions de projets, la SNV a mis en place des procédures, des outils et des critères d’éligibilité qui ont servi au choix de trois (3) projets GIRE ayant pour objectifs d’accroître la capacité de résilience et d’adaptation des populations aux changements climatiques (inondation, sécheresse, érosion) tout en valorisant les ressources en eau.

 

La SNV assure également le décaissement, le suivi, coaching et appui technique aux différentes organisations exécutantes pour la mise en œuvre de leurs projets respectifs et veille ainsi à l’atteinte effective des objectifs.

La SNV a également élaboré divers outils de gestion du Fonds notamment le Manuel d’octroi et de gestion des subventions, le Manuel de suivi & évaluation, le guide de communication, etc. Aussi, le cadre conceptuel des projets a-t-il été élaboré de manière assez flexible afin de permettre l’éclosion d’activités innovantes et de recherche-actions visant à accroître les capacités de résilience et d’adaptation aux changements climatiques au niveau communautaire.

Comment les Acteurs Non étatiques du programme OmiDelta contribuent à l'adaptation aux changements climatiques ?

Après un an de mise en œuvre, les 3 projets GIRE subventionnés ont enregistré des résultats satisfaisants en matière d’adaptation aux changements climatiques au Bénin.

PSLEau (VNG International) : à l’issue des dialogues communautaires (concertation entre les différentes catégories d’acteurs concernées par la gestion des crues et la valorisation des ressources en eau) 16 actions pilotes d’opérationnalisation de la GIRE sont retenues. Elles concernant la régulation de flux (passerelle munie d’un dispositif de régulation de l’eau), l’habitat résilient, la protection des biens (construction de drains d’évacuation et de digues de protection), la valorisation économique des ressources en eau (désencombrement des voies d’eau), et la restauration des écosystèmes, etc.
Au début du projet, les pratiques adoptées par les populations pour leur résilience aux inondations ont été répertoriées et analysées afin d’apprécier leur efficacité et les améliorations et innovations à y apporter.

Le projet a permis entre autres de renforcer 150 organisations locales et communautaires (niveau village, arrondissement et commune) d'exploitation ou de protection des ressources en eau, et de développer un Système d’Alerte Précoce Communautaire en cas d’inondations qui devrait bénéficier à environ 70.000 personnes avant fin 2021.

Sketch of a resilient structure with a bamboo wall

GIRE–PSE (CIDR-pamiga) : la mise en place de dispositifs de Conservation des Eaux et des Sols (CES), la réalisation de micro–ménagements et la sensibilisation pour le paiement pour les services écosystémiques ont favorisé la réduction du flux hydrique et ses conséquences néfastes sur les populations pauvres et vulnérables vivant dans le Delta de l’Ouémé.

Les pratiques CES comme les fascines, barrages de sable, zaïls, demi-lunes agricoles, cordons pierreux, etc. très adaptées au contexte socioéconomique des communautés (peu coûteuses, fiables et faciles à réaliser), ont été rapidement adoptées par les communautés à la base. Ainsi, environ 7.000 personnes bénéficient des réalisations du projet, un an après sa mise en œuvre.

Dans la perspective d’apporter des solutions à la dégradation de la berge du fleuve Hlan, le projet a accompagné les communautés pour le reboisement d’environ 20 hectares (ha) et un dispositif de gestion de la berge aménagée est en cours de mise en place.

Des surcreusements sont en cours de construction afin de réaliser des bassins de rétention de l'eau qui permettront de réduire plus efficacement les inondations dans les zones à risques de la Basse et Moyenne Vallée de l’Ouémé.

Reboisement pour limiter/freiner la dégradation de la berge

Réalisation d’une fascine pour freiner l’érosion

NVW-GIRE (Protos) : La mise en œuvre de Plans d’Actions Communautaires (PAC) à travers notamment le désencombrement des voies d’eau, la restauration d’une forêt sacrée, la sensibilisation sur la GIRE, les écosystèmes et leurs rôles dans le développement, a permis à environ 38.000 personnes et d’être résilientes aux phénomènes de changements climatiques, notamment les inondations. L’intervention du projet a aussi permis le développement d’une chaine de valeur autour de la jacinthe d’eau. Cette plante aquatique envahissante qui obstrue la navigation et détruit les frayeries a été valorisée grâce à la promotion de divers produits (engrais biologique, fibres absorbantes, etc.) issus de sa transformation. Elle devient ainsi une source de revenu et d’emplois décents et durables pour les populations notamment les femmes et les jeunes de la zone d’intervention du projet.

Dialogue communautaire pour élaborer des plans d’actions de résilience

Ces 3 projets développent tous une approche participative et inclusive, gage de la durabilité des actions.

Quels sont les domaines / activités clés pour le futur développement de la GIRE et l’adaptation au climat au Bénin ?

Le défi majeur de la GIRE au Bénin demeure la fédération de tous les acteurs autour du concept de GIRE et de son opérationnalisation à travers des actions concrètes. Le renforcement des capacités des acteurs notamment les ANE, la poursuite de la capitalisation des acquis des différents projets financés par le Fonds ANE du programme OmiDelta (stratégie de mise en œuvre, identification des goulots d’étranglement et des facteurs de succès, etc.) contribueront à l’effectivité de l’opérationnalisation de la GIRE dans toutes ses dimensions.

En savoir plus sur le Fonds : contactez l'équipe SNV/OmiDelta ANE par email.