Parler aux jeunes Maliens


Blog

Le projet EJOM (financé par l'UE) a organisé des formations dans cinq cohortes en 2018. Dans le cadre de la méthodologie push-match-pull, les participants sont formés sur les compétences de base au cours d'un atelier de dix jours avant de poursuivre leur formation professionnelle et d'être jumelés à des possibilités d'emploi. Dans la dernière cohorte de formation, 378 jeunes ont participé (218 hommes et 160 femmes). Nous avons participé à la formation de base à Diéma, Nioro du sahel et Yélimani, dans la région de Kayes.

Dans les districts que nous avons visités, près d'un tiers des jeunes Maliens sont partis à la recherche d'un emploi ailleurs. Nous avons parlé à certains participants au programme pour leur demander quels étaient leurs projets et leurs expériences en matière de migration.

Founè Sissoko (32 ans) de Diéma

Mahamadou Traoré (34 ans) de Diéma

Founè (32 ans) vit à Diéma. Elle a terminé ses études secondaires et a choisi de travailler dans l'artisanat avec le soutien du projet EJOM.« Grâce à la formation je me sens plus épanouit, à présent je suis convaincu de pouvoir entreprendre une activité qui pourrait être pour moi source de revenu.  Le projet EJOM va permettre  à nous les femmes d’être autonome sur le plan financier, moins dépendantes de nos maris. Tout cela contribue au maintien d’un certain équilibre au sein du nos foyers. »

Mahamadou Traoré (34 ans) de Diéma a terminé l'école primaire. Avec le soutien du projet EJOM, il poursuit une carrière en horticulture. « Ici à Diéma seul les migrants sont les propriétaires des grands bâtiments. Nous qui sommes resté sont perpétuellement à la recherche d’opportunité pour emboîter leur pas. Avec EJOM les mentalités sont en train de changer. Nous sommes à présent conscient que nous pouvons être les bâtisseurs de notre destiné »

Amadou Fofana (38 years) from Nioro du Sahel

Mahamadou Gassama (23 years old) from Diéma

Amadou Fofana a 38 ans et vit à Nioro du Sahel. Il a choisi de travailler dans le secteur de l'horticulture avec l'appui du projet. « L’argent est par tout, il faut juste être en mesure de saisir les opportunités qui s’offrent à nous, une de ces opportunités pour les jeunes de Nioro du Sahel est le projet  EJOM. A la suite de cette formation chaque jeune doit être en mesure de se frayer un chemin même sur une colline. »

Mahamadou Gassama (23 ans) vit à Diéma. Il a terminé ses études secondaires. Après avoir terminé le volet formation du programme EJOM, il a l'intention de poursuivre une carrière dans l'artisanat. « J’ai perdu cinq de mes amis d’enfance sur le chemin de la migration et d’autres sans aucune nouvelle. Malgré ces tragédies je reste permanemment animé par le désire d’aller tenter ma chance en Europe. Le projet EJOM reste aujourd’hui ma seule source de motivation pour rester ici au Mali ».