Histoires de réussite EJOM : Mariam Ousmane Traoré - s'appuyer sur son expérience


Blog

Je m'appelle Mariam Ousmane Traoré, j'habite Lafiabougou, province de Kayes. Je suis mariée et j'ai une fille. J'ai reçu une formation formelle sur l'agro-transformation et j'ai travaillé pour différentes grandes entreprises. Après la fin de mon contrat, j'ai créé ma propre entreprise en 2015, mais je me suis contenté d'un petit salaire et de le garder petit. Je n'avais aucune envie de faire croître mon entreprise et de profiter des occasions qui s'offraient à moi.

Après avoir rejoint le projet EJOM, tout cela a changé : la formation professionnelle que j'ai suivie m'a ouvert l'esprit à toutes les opportunités et possibilités que j'avais. J'ai réalisé que j'avais tellement d'expérience et de connaissances que je pouvais utiliser pour faire croître mon entreprise. Ce projet est une véritable opportunité pour les jeunes de sortir du chômage : avant de rejoindre le projet, je n'aurais pas pu vous dire combien je gagnais chaque mois. Ce n'est plus le cas. J'utilise la formation en affaires et en marketing que j'ai reçue pendant le projet et je mets en œuvre mon expérience et mes connaissances formelles pour faire évoluer mon entreprise avec une vision entrepreneuriale claire. Maintenant, j'emballe cinq produits, sauce chili, poudre de piment, arachides salées et sucrées ainsi que du pain de singe. Je fais une livraison hebdomadaire dans cinq magasins d'alimentation de la ville. J'ai créé des étiquettes claires pour mes produits qui m'aident à vendre mes produits en magasin. J'ai un système de comptabilité tel que recommandé qui m'informe clairement si je fais un profit ou si je perds de l'argent sur une activité.

Mariam bottles the chilli powder

After bottling, Mariam labels these products

J'ai pu créer quatre emplois pour deux femmes et deux hommes avec mon entreprise. Je gagne en moyenne 350 000 FCFA par mois. Avec mes revenus, je peux contribuer aux dépenses du ménage, surtout en termes de nourriture et d'électricité puisque j'utilise l'électricité pendant le processus d'emballage. Mon revenu m'a beaucoup aidé dans ma situation familiale. Mon mari soutient et encourage mon entreprise et notre relation est maintenant plus forte.

A propos du projet EJOM

Le projet EJOM est rendu possible grâce au cofinancement de l'Union européenne par l'ambassade des Pays-Bas au Mali, le consortium (ICCO, WASTE, APEJ et SNV) stimule le développement économique et la stabilité en créant des opportunités d'emploi (indépendant) dans les secteurs de l'horticulture, de la gestion des déchets, de l'agro-business et de l'artisanat à Koulikoro, Kayes, Gao et Bamako. Les partenaires du consortium sélectionnent les jeunes et leur offrent une formation sur les compétences de la vie courante et les compétences commerciales ainsi que sur les bonnes pratiques horticoles. Nous développons également des chaînes de valeur de l'horticulture et des PME agro-industrielles, afin de développer l'emploi local et les opportunités d'affaires. Jusqu'à la mi-2021, le projet formera 8 620 jeunes, dont 2 586 femmes et 1 293 rapatriés, et créera 6 472 emplois.